Je suis un papa geek
Indices de protection IP des smartphones

Que signifient les indices de protection IP67 et IP68 des smartphones ?

Les derniers smartphones se sont trouvés une nouvelle mode commerciale pour se vendre encore plus : les indices de protection (IP). Qu’il soit IP67 ou IP68, cet indice est souvent associé à la résistance à l’eau et aux poussières des smartphones, mais attention à ne pas confondre « résistance » et « étanchéité ». Cet indice est-il un réel avantage ou seulement un argument commercial de plus ?

Qu’est-ce que l’indice de protection (IP) ?

L’indice international de protection est communément appelé indice de protection : IP. Il s’agit d’un code comprenant les lettres IP suivies d’un ou deux chiffres. Les deux indices les plus courants pour les appareils électroniques sont IP67 et IP68.

La Commission électrotechnique internationale (IEC) établis les codes IP en tant que standards. Selon l’IEC, ces codes servent à désigner les niveaux de protection qu’offre un matériel aux intrusions de corps solides et liquides. Le premier chiffre du code IP représente le degré de protection contre l’intrusion de corps étrangers solides comme les doigts ou la poussière et va de 0 à 6. Le second chiffre du code représente le degré de protection contre l’intrusion de l’humidité avec un indice allant de 0 à 8.

Un code IP où figure un « X » à la place de l’un des deux chiffres signifie que le produit n’a pas été testé contre l’intrusion de corps solides ou liquides. Par exemple, un appareil arborant l’indice IPX7 peut résister à une immersion jusqu’à 1 mètre de profondeur durant 30 minutes mais sa résistance à la poussière n’a pas été testée.

Les tableaux, ci-dessous, recensent les indices de protection validés par l’IEC :

Tableau des IP pour les corps humides
Tableau des IP pour les corps humides

 

Tableau des IP pour les corps solides
Tableau des IP pour les corps solides

Il faut donc rechercher les équipements avec les indices de protection maximum ?

Oui et non. En fait, il faut chercher les équipements qui ont un indice de protection adapté à l’utilisation et à l’environnement dans lequel il va être utilisé.
Une prise électrique est protégée contre les contacts des doigts et ne craint pas un écoulement d’eau vertical. Elle est donc classée IP22 et cela est amplement suffisant.

Dans le cas des smartphones, les indices supérieurs à IP5X et IP6X sont ceux qui intéresseront le plus les utilisateurs cherchant une protection minimale ou optimale de leur équipement vis-à-vis de la poussière et de l’eau.

Par exemple, le LG G6 est certifié IP68 : il est totalement protégé de la poussière et qu’il peut supporter une immersion dans une eau statique à plus d’un mètre de profondeur (la profondeur maximale étant définie par le constructeur) pendant une durée variable mais supérieure à 30 minutes. A noter, les appareils certifiés pour un indice n’ont pas l’obligation d’être testés pour les indices inférieurs. Donc le LG G6 certifié IP68 n’a pas été testé ni pour les indices de protection contre la poussière allant de 1 à 5, ni pour les indices de protection contre l’eau allant de 1 à 7. Étant donné que le LG G6 n’inclut pas d’indice IPX5 ou IPX6 pour résister aux projections d’eau avec venant d’un robinet ou d’un jet d’eau, il vaut mieux vaut ne pas s’en servir sous la douche (mais là c’est du bon sens).

Comment est-ce possible ? Tout simplement parce qu’une eau inerte exerce moins de pression sur le smartphone qu’une eau en jet. Ainsi, si le LG G6 résiste a été conçu pour résister à une immersion dans de l’eau relativement statique, la pression reçue est moindre que s’il reçoit un jet direct sur ses ports ou points de jointure par exemple.

Et bien entendu, ces certifications IP ne couvrent absolument pas les risques liés aux chutes et aux impacts physiques tels que des coups, écrasement, rayures et tout autres dégâts de contact physique. Pour ces cas là, la meilleure des protections reste la vigilance de l’utilisateur, mais l’utilisation d’étuis de protection ou de coques (comme ici pour les étuis du LG G6 cité précédemment), accompagnés de films protecteurs voire de protection d’écran en verre trempé reste la meilleure parade contre ces dégâts du quotidien.

Smartphone étanche, mais avec ses limites quand même
Smartphone étanche, mais avec ses limites quand même

En parlant de pression …

Si quelqu’un vous dit qu’une montre est étanche, c’est un mensonge. Aucune montre n’est réellement étanche à 100% et les fabricants de montres n’ont pas le droit d’utiliser cette dénomination sur leurs produits. Une montre peut en effet supporter un contact avec l’eau, mais il y a toujours une limite quant à la pression qu’elle peut subir . L’Organisation Internationale de Normalisation (ISO) a défini des standards pour réguler et définir la résistance des montres à l’eau. S’ils ont été adoptés par de nombreux fabricants de montres traditionnelles, ce n’est pas le cas des montres connectées et des bracelets d’activité qui n’adhèrent pas à ces standards et restent sur le standard IP, car les appareils électroniques suivent en général l’indice IP.

Mais certaines marques comme Garmin, Pebble ou Solar testent indépendamment leurs produits pour déterminer la pression qu’ils peuvent supporter. Les tests de pression sont mesurés en atmosphères (ATM) qui sont ensuite converties dans le système métrique afin de rendre l’indice plus compréhensible. Une pression atmosphérique (ATM) équivaut à 10 mètres de pression d’eau statique.

Le tableau, ci-dessous, recense les différents niveaux de résistance à la pression existants :

Tableau ATM des niveaux de résistance à la pression.
Tableau ATM des niveaux de résistance à la pression.

Mais attention, la montre Pebble et le bracelet Vivoactive de Garmin ont tous les deux une résistance de 5 ATM. Les deux marques indiquent que l’on peut garder ces produits dans la douche et pour nager à la piscine alors que Fitbit recommande d’ôter son bracelet avant de nager alors qu’il est pourtant lui aussi résistant à 5 ATM. L’utilisation que l’on fait des produits est également un facteur qui n’entre pas en ligne de compte dans les tests effectués par les marques.

A savoir : si 5 ATM correspondent à une certaine profondeur, celle-ci est mesurée avec une pression statique. Or, la pression de l’eau peut varier très rapidement, comme lorsque l’on bouge le bras en nageant. Vous aurez beau évoluer dans seulement 3 mètres d’eau, la pression créée par les mouvements de votre bras peut être équivalente à 2 ATM. Il vaut mieux se référer au manuel de votre appareil ou au site du constructeur afin de bien connaitre son produit, ses caractéristiques et ses limites, ainsi que ses différentes conditions d’utilisation (douche, natation, plongée sous-marine, etc …).

Julien

Développeur web depuis 10 ans, je suis avant tout le mari d’une formidable femme et le papa d’une fantastique et adorable petite fille. Passionné d’internet, de dessin, de photographie et de tout ce qui tourne autour de l’univers geek et high tech, je suis blogueur depuis maintenant 10 ans. Depuis 2017, mon blog « Arcana Scientis » a changé de nom et s’appelle désormais « Je suis un papa geek », plus représentatif de ma personnalité. Je vous souhaite la bienvenue !

1 commentaire

Julien

Développeur web depuis 10 ans, je suis avant tout le mari d’une formidable femme et le papa d’une fantastique et adorable petite fille. Passionné d’internet, de dessin, de photographie et de tout ce qui tourne autour de l’univers geek et high tech, je suis blogueur depuis maintenant 10 ans. Depuis 2017, mon blog « Arcana Scientis » a changé de nom et s’appelle désormais « Je suis un papa geek », plus représentatif de ma personnalité. Je vous souhaite la bienvenue !

Inscription à la newsletter