Je suis un papa geek
nature forest industry rails - Dossier JO Vancouver 2010 (2/15) : Biathlon

Dossier JO Vancouver 2010 (2/15) : Biathlon

Aujourd’hui, je vous présente le biathlon, discipline olympique d’hiver combinant le ski de fond et le tir à la carabine. Cette année, aux Jeux Olympiques de Vancouver 2010, les Français brillent particulièrement en biathlon masculin et féminin, avec déjà 5 médailles à leur actif, sur le total des 8 médailles actuellement remportées par la France.

A propos du biathlon

À l’origine, le biathlon, qui combine le ski de fond et le tir à la carabine, n’était pas un sport mais un moyen de se nourrir utilisé par les chasseurs nord-européens dès l’an 2000 avant J.-C. Vers le milieu du 16e siècle, les pays scandinaves ont commencé à déployer des troupes chaussées de skis pour se défendre contre leurs ennemis, facilitant ainsi les déplacements des soldats dans les champs de bataille enneigés.

Le mot « biathlon » vient du grec et signifie “deux épreuves”. Aujourd’hui, le biathlon se compose de 10 épreuves distinctes comprenant le ski de fond et le tir à la carabine. Au biathlon, l’objectif est d’effectuer le parcours le plus rapidement possible et d’atteindre le plus de cibles possibles pour éviter les pénalités de temps.

Les premiers championnats du monde de biathlon ont eu lieu en 1958 à Saalfelden, en Autriche. Le biathlon est devenu officiellement un sport olympique (pour les hommes seulement) en 1960 aux Jeux Olympiques d’hiver à Squaw Valley, aux États-Unis. La première compétition pour femmes a été ajoutée au programme olympique 32 ans plus tard en 1992 aux Jeux d’Albertville, en France.

Le sport

Les épreuves de ski du biathlon se composent d’une course de ski de fond libre rapide qui demande beaucoup de résistance physique et d’épreuves de tir exigant précision, contrôle et vitesse.

Lorsque les athlètes arrivent au champ de tir, ils déposent leurs bâtons de ski et tirent cinq fois sur une cible de métal située à une distance de 50 mètres. Chaque cible comporte cinq plaques alignées horizontalement dont l’athlète doit atteindre le centre qui appelé la mouche (d’où l’expression “faire mouche”). La taille de la mouche varie en fonction de la position, debout ou couchée, adoptée par l’athlète. En position couchée, la mouche a la taille d’une balle de golf (45 mm), tandis qu’en position debout, elle a la taille d’un gros pamplemousse (115 mm).

Un athlète d’élite met habituellement entre 20 et 25 secondes pour tirer ses cinq coups. Manquer une cible peut coûter très cher : selon le type d’épreuve, pour chaque coup manqué une minute de pénalité est ajoutée au temps final ou un tour de pénalité de 150 m (appelé “boucle de pénalité) est ajouté au parcours du skieur.

L’épreuve individuelle

La longueur du parcours de l’épreuve individuelle de biathlon varie de 20 km pour les hommes à 15 km pour les femmes. Les skieurs s’élancent à tour de rôle avec un intervalle de 30 secondes entre chaque participant et doivent effectuer cinq tours (appelés “boucles”) de 4 km (pour les hommes) ou de 3 km (pour les femmes).

Entre chaque boucle, ils s’arrêtent au poste de tir pour essayer d’atteindre les cinq cibles. Il y a donc quatre phases de tir par course. Pour chaque cible manquée, une minute est ajoutée au temps final de l’athlète concerné. Le gagnant de l’épreuve est celui qui obtient le meilleur temps final (temps de course + temps additionnel de pénalité de tir).

L’épreuve de sprint

Comme pour l’épreuve individuelle, les athlètes de l’épreuve de sprint s’élancent à tour de rôle, à intervalles de 30 secondes. Au cours du sprint, les femmes parcourent 7,5 km (3 tours d’une boucle de 2,5 km) et les hommes 10 km (3 tours d’une boucle de 3,3 km). Tous les compétiteurs doivent s’arrêter à deux reprises au poste de tir pour effectuer cinq tirs. Pour chaque cible manquée, ils doivent faire un tour d’une piste de pénalité correspondant à une boucle de pénalité de 150 m. Le gagnant de l’épreuve est celui qui obtient le meilleur temps, boucles de pénalité comprises.

L’épreuve de poursuite

Les 60 premiers de l’épreuve de sprint se qualifient pour l’épreuve de poursuite, chacun d’eux visant à poursuivre le gagnant de l’épreuve de sprint. Pour la poursuite, les athlètes prennent le départ en fonction d’intervalles basés sur le temps qu’ils ont réalisé en sprint : le gagnant de l’épreuve de sprint part le premier, suivi par les autres qui s’élancent à des intervalles correspondant au nombre de secondes de retard qu’ils avaient sur le gagnant dans l’épreuve de sprint. L’épreuve de sprint est donc une épreuve décisive pour l’épreuve de poursuite, car les résultats obtenus à l’épreuve précédente (sprint) ont des conséquences sur le départ de cette épreuve (poursuite).

Les femmes parcourent 10 km (5 tours d’une boucle de 2 km) et les hommes 12,5 km (5 tours d’une boucle de 2,5 km). Tous les compétiteurs doivent s’arrêter à quatre reprises au poste de tir pour effectuer cinq tirs. Pour chaque cible manquée, les athlètes doivent faire un tour de piste correspondant à une boucle de pénalité de 150 m. Le gagnant est celui qui franchit le premier la ligne d’arrivée.

L’épreuve de relais

Pour l’épreuve de relais du biathlon, chaque membre d’une équipe de quatre personnes parcourt une étape (7,5 km pour les hommes et 6 km pour les femmes) et passe le relais au membre de l’équipe suivant après avoir terminé son étape. Chaque membre de l’équipe doit parcourir trois étapes et s’arrêter à deux reprises au poste de tir. Pour ce faire, en plus des cinq balles habituellement autorisées, il a le droit d’utiliser trois balles supplémentaires, appelées “pioches”. La seule différence est qu’il doit les charger et les armer manuellement dans la carabine, contrairement aux 5 balles du chargeur qui s’arment automatiquement à chaque tir.

Après, tout est une question de stratégie : l’athlète préfèrera t-il perdre des précieuses secondes à charger une “pioche”, toucher la cible ratée et ainsi éviter une boucle de pénalité de 150 m, ou préfèrera t-il faire ce tour de pénalité, jugeant qu’il perdra moins de temps qu’au chargement d’une “pioche” ?

Pour chaque cible manquée, les athlètes doivent faire un tour de piste correspondant à une boucle de pénalité de 150 m.

L’épreuve de départ en groupe

Pour cette épreuve (12,5 km pour les femmes et 15 km pour les hommes), les 30 premiers partent au même moment et s’arrêtent à quatre reprises au poste de tir pour tirer sur cinq cibles. Pour chaque cible manquée, les athlètes doivent faire un tour de piste correspondant à une boucle de pénalité de 150 m. Pour rendre l’épreuve encore plus excitante, les compétiteurs qui se font dépasser d’un tour doivent se retirer immédiatement et sont disqualifiés. Le gagnant de l’épreuve est celui qui franchit la ligne d’arrivée en premier.

Photos

Pour en savoir plus

Le site officiel des Jeux Olympiques de Vancouver 2010, rubrique biathlon : http://www.vancouver2010.com/fr/biathlon-olympique/

Julien

Chef de projet et ex-développeur web avec 10 ans d'ancienneté, je suis avant tout le mari d'une formidable femme et le papa d'une fantastique et adorable petite fille et d'un magnifique et tout trognon petit garçon. Passionné d'internet, de dessin, de photographie et de tout ce qui tourne autour de l'univers geek et high tech, je suis blogueur depuis maintenant plus de 10 ans. Depuis 2017, mon blog "Arcana Scientis" a changé de nom et s'appelle désormais "Je suis un papa geek", plus représentatif de ma personnalité. Je vous souhaite la bienvenue !

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Julien

Chef de projet et ex-développeur web avec 10 ans d'ancienneté, je suis avant tout le mari d'une formidable femme et le papa d'une fantastique et adorable petite fille et d'un magnifique et tout trognon petit garçon. Passionné d'internet, de dessin, de photographie et de tout ce qui tourne autour de l'univers geek et high tech, je suis blogueur depuis maintenant plus de 10 ans. Depuis 2017, mon blog "Arcana Scientis" a changé de nom et s'appelle désormais "Je suis un papa geek", plus représentatif de ma personnalité. Je vous souhaite la bienvenue !

Inscription à la newsletter