Je suis un papa geek
Devenir développeur

Devenir développeur : quelles sont les opportunités professionnelles ?

Etant moi même développeur web depuis plus de 10 ans maintenant, et désormais chef de projet web technico-fonctionnel, j’avais envie de partager avec vous la manière dont j’ai été amené à devenir développeur. De ma formation à mes expériences professionnelles, en passant par le marché de l’emploi informatique actuel et les perspectives d’évolution du développeur, je vais essayer de vous dévoiler tout ce que vous pourriez avoir besoin de savoir pour devenir développeur en connaissance de cause.

Devenir développeur : formation scolaire vs formation professionnelle vs formation autodidacte

Se former à devenir développeur
Se former à devenir développeur

Formation scolaire

La formation scolaire peut aller jusqu’à un diplôme d’ingénieur de niveau bac+5 voire bac+8 pour ceux qui veulent pousser vers un doctorat et se spécialiser dans un domaine ou dans la recherche fondamentale. Elle permet d’avoir une vue d’ensemble des différents langages de programmation, avec une orientation possible dans un des différents domaines informatique, tels que le webmarketing, le webdesign ou la gestion de projet web (entres nombreux autres domaines).

Formation professionnelle

La formation professionnelle permet une formation ou une réorientation professionnelle en vue de progresser professionnellement ou de changer d’orientation professionnelle. C’est la voie la plus prisée des personnes souhaitant faire valider leurs compétences professionnelles acquises durant leur activité professionnelle. C’est également la voie plébiscitée pour les personnes désirant changer d’orientation professionnelle et donc de métier et de secteur d’activité.

Formation personnelle en autodidacte

La formation personnelle en autodidacte permet de se former à son rythme, et d’apprendre ce que l’on souhaite, que ce soit à l’aide de sites de formation en ligne, de livres et de ressources diverses et variées que l’on peut trouver sur internet. Cela peut être long et on peut facilement se décourager si on ne s’astreint pas à une certaine rigueur. La difficulté réside ensuite dans la validation de ses acquis puisque rien n’est officiel (certaines formations en ligne proposent un certificat de formation, mais difficilement accepté par . Difficile donc par la suite de s’appuyer sur ses acquis en entretien professionnel, à moins d’avoir des projets personnels de qualité à présenter pour démontrer ses compétences.

Trouver son 1er emploi en tant que développeur

Trouver son premier emploi
Trouver son premier emploi

Une fois formé, la seconde difficulté consiste à trouver son 1er emploi. Car en effet, vous ne vous êtes pas formé pour le plaisir (certains le font, mais bon) ! Comme toujours, les employeurs surestiment leurs demandes et leurs besoins, en cherchant des profils ingénieurs bac+5 (voire plus) pour des postes de techniciens ne nécessitant qu’un bac+3. Avec une rémunération bac+3 bien entendu. La difficulté est donc d’abord de réussir à trouver des offres sérieuses qui correspondent au niveau d’étude et de rémunération inhérents au poste associé.

Ensuite, la difficulté suivante est de réussir à décrocher un entretien avec un recruteur. En effet, devant votre peu d’expérience, il est très difficile de réussir à avoir une réponse positive d’un recruteur pour un entretien d’embauche. Et estimez-vous heureux si vous avez une réponse négative, car dans la plupart des cas, les recruteurs ne perdent même pas de temps à vous répondre. N’hésitez pas à les relancer pour leur montrer votre intérêt pour le poste et la société recrutant, mais sans les harceler ni sans se montrer trop envahissant (lourd ? ;)).

Avec votre faible niveau d’expérience et vos compétences, privilégiez la mise en avant de votre motivation et de votre capacité d’adaptation, le développement étant un domaine en perpétuel changement demandant de s’adapter et de se former au jour le jour aux nouvelles évolutions de son métier. Le relationnel est aussi quelque chose de très important. Les développeurs ont souvent un cliché qui leur colle à la peau : celui du “geek solitaire” qui code toute la nuit dans le noir, à la limite de l’autisme et de l’asociabilité et qui ne s’intéresse qu’à l’informatique et au développement. Montrez que vous êtes un être humain normal, ouvert aux autres, sympathique et cultivé : posez des questions, soyez honnête et avenant, et vous augmenterez votre capital sympathie auprès des recruteurs qui en valent la peine.

C’est-à-dire auprès des recruteurs qui cherchent un collaborateurs sur le long terme, et non pas ceux qui cherchent juste quelqu’un de pas trop cher à placer rapidement en mission “pompier” chez un client et qu’ils laissent se débrouiller tout seul une fois la période d’essai passée. Ces derniers se moquent de votre personnalité, et parfois même de vos compétences : ils ne cherchent en général qu’à avoir le contrat du client en passant quelqu’un chez lui. En général, ce sont des ESN (Entreprises de Services du Numérique, ex SSII – Sociétés de Services en Ingénierie Informatique). Si elles peuvent être formatrices sur le début grâce à la diversité des missions et des clients auxquels vous allez être confronté (malgré vous), elles sont néfastes à votre carrière sur le long terme. Les évolutions sont peu envisageables dans ce genre de sociétés, et vous risquez de rester consultant (ou au mieux “expert” au bout de quelques années) pendant un long moment. Le seul avantage, c’est qu’elles peuvent être un tremplin vers un client final en CDI ou vers votre envol en tant que travail indépendant (une fois une certaine expertise maîtrisée tout de même dans ce dernier cas).

Expériences professionnelles : la consolidation du développeur

L'expérience professionnelle
L’expérience professionnelle

Avec votre 1er emploi en poche, c’est le début d’une phase très importante de votre vie professionnelle qui commence : la construction de votre expérience professionnelle ! Tel un mur de brique (ou un Minecraft pour les plus joueurs/geeks d’entre vous, rayez la mention inutile 😉 !), chaque emploi, voire même chaque tâche ou mission que vous accomplirez sera comme une brique que vous ajouterez au mur de votre expérience professionnelle. Et pour consolider tout cela, vos réalisations seront le ciment qui fixera chaque brique entre elles, et qui apportera une crédibilité certaine à votre expérience professionnelle globale (et donc à vos compétences).

Idéalement, la 1ère expérience doit durer au moins 2 ou 3 ans pour pouvoir vraiment être utile et marquante, et pouvoir servir de tremplin à un nouveau poste. En-dessous de cette durée, vous êtes toujours considéré comme un étudiant débutant sortant à peine de l’école : c’est donc un retour à zéro. Ce serait dommage, non 🙂 ? Même si cette première expérience n’est pas la plus géniale du monde (on choisit rarement totalement son premier emploi), il faut savoir prendre son mal en patience. Vous aurez ainsi plus d’opportunités par la suite. C’est un mal pour un bien comme on dit !

Ensuite, au fil des années et des opportunités, vous serez sûrement amené à changer d’entreprise voire même de poste, au fil de vos envies et de votre évolution de carrière. Fini le temps de nos parents et grands-parents qui passaient toute leur vie dans la même entreprise. Désormais, changer de poste est la clé de l’évolution. C’est ainsi que vous ferez des “bonds de salaire” et que vous pourrez atteindre des postes que vous n’arriviez pas à avoir en interne, faute de possibilité RH. Il ne faut pas non plus tomber dans l’excès, faute de quoi vous vous retrouverez avec un CV rempli d’expériences de 6 mois vous faisant passer pour quelqu’un d’incompétent et d’instable incapable de garder un emploi. 2 à 3 ans par poste est une bonne moyenne.

Pour ma part, j’ai enchaîné 2 ans, puis 3 ans, puis 4 ans, puis 1 an (erreur de parcours là !), et ça fait 8 mois que je suis déjà dans ma société à un poste de chef de projet web auquel j’aspirais depuis des années sans succès et que je compte bien garder un bon moment ;). Cela m’a permis de faire des bonds de salaire à chaque fois, et en 10 ans d’expérience, j’ai quasiment triplé le montant du salaire brut de mon premier emploi. Et enfin, après avoir un peu “bourlingué”, il faut savoir se poser, vous n’allez pas pouvoir monter indéfiniment. Il faut donc savoir trouver un compromis entre évolution et stabilité professionnelle dans un poste qui vous convient. Et là, c’est à vous de décider !

Etat actuel du marché de l’emploi informatique

Le marché de l'emploi informatique est en pleine forme
Le marché de l’emploi informatique est en pleine forme

Bonne nouvelle : la santé des métiers de l’IT est au beau fixe et se porte très bien en 2018 ! Quand on sait que le chômage en France stagne aux alentours des 9%, le marché français en conseils, services et logiciels IT et numériques subit une croissance de 4,2% pour atteindre une valeur potentielle de 56.4 milliards d’euros (source : Le Monde Informatique). Egalement, Pôle Emploi prévoirait une augmentation des embauches d’ingénieurs et de cadres dans les études et la R&D informatique, soit une hausse de plus de 27% en un an.

A cela s’ajoute le fait que les développeurs restent les rois du marché de l’emploi car ils sont très demandés et très bien payés. Ils n’hésitent pas à faire monter les salaires voire même à se mettre à leur compte.

Mobilité, cloud, cybersécurité, mise en conformité… Cette année encore, les projets de transformation numérique des entreprises portent la croissance du secteur informatique. la dynamique du marché français du conseil en transformation numérique ne se dément pas… La migration dans le cloud de données et applications, ainsi que les obligations réglementaires qui s’imposent aux entreprises (RGPD, directive NIS, …) dynamisent le secteur. Le conseil en transformation numérique a donc 25% de croissance en 2018.

A la vue de ces chiffres, il va de soi que l’informatique, et plus particulièrement dans les domaines du développement et du cloud, est le secteur d’activité sur lequel il faut miser actuellement. C’est donc le bon moment de devir développeur ou ingénieur informatique ! 🙂

Le site LesJeudis.com propose d’ailleurs une page d’information sur les technologies et les langages informatiques, accompagnée de questions/réponses sur les métiers de l’informatique, des grilles de salaire par région et par métier, et même un espace recrutement avec des offres d’emploi qui pourraient vous intéresser.

Perspectives d’évolution du développeur

Perspectives d'évolution du développeur
Perspectives d’évolution du développeur

Devenir développeur, c’est bien, mais pour quoi faire au final ? Vous n’allez pas faire la même chose pendant 40 ans (au minimum), juste “pisser du code” à longueur de journée (comme on dit entre développeurs). Vous en seriez vite lassé et fatigué, même si on ne fait jamais la même chose en développement. Alors, quelles évolutions sont possibles ?

Évoluer dans la technique

Si vous voulez vous focaliser dans la technique, l’évolution logique du développeur est le “lead développeur” (développeur en chef, en gros). Il est responsable des développements et gère une équipe de développeurs. Il s’assure que les développeurs respectent les délais imposés par les chefs de projets fonctionnels, qu’ils respectent aussi les bonnes pratiques de codage et il est le garant et le référent des solutions logicielles développées. Il ne doit pas être un super développeur, mais doit connaitre la technique sur le bout des doigts. Il doit savoir gérer une équipe technique

Autre évolution technique : l’architecte applicatif. C’est lui définit et structure les modèles de données des applications, leur manière d’être stockées et consommées. Des données utiles et structurées sont les clefs pour concevoir des applications logicielles performantes et optimisées. Il n’est pas développeur, mais il doit veiller à ce que les développements à venir respectent la structure qu’il a conçue, ou il doit la faire évoluer si besoin.

Enfin, une autre évolution peut-être celle de chef de projet technique. Il coordonne les développements techniques en relation avec les clients afin de faire respecter les délais imposés. Il rédige les différents livrables techniques et apporte un support technique aux clients. Il est le lien entre les clients et les développeurs.

Évoluer dans le fonctionnel

Il est également possible d’évoluer vers des postes plus fonctionnels tels que chargé de projet ou chef de projet fonctionnel. Le chef de projet fonctionnel gère la partie financière et planning d’un projet en lien entre les clients et les services techniques de sa société. C’est lui s’assure que les projets respectent les coûts et les délais en terme contractuels. Il est amené à gérer des équipes de développements.

Une évolution possible du chef de projet fonctionnel est directeur de projet. C’est un peu le chef des chefs de projet. Il gère la répartition des projets et leur suivi par les chefs de projet, et s’assure de la satisfaction des clients.

Autres domaines d’évolution

Si la technique ou le fonctionnel vous barbent au bout d’un moment, vous pouvez évoluer vers d’autres domaines informatique, tels que le community mangement, le webmarketing, le webdesign, le commerce en ligne, le mailing … Bref, l’informatique, et plus particulièrement, l’informatique dans le web, regorge d’une variété de domaines professionnels dans lesquels il est aisé de s’épanouir et de trouver chaussure à son pied. La seule règle est de savoir s’adapter à toutes les situations et d’avoir une envie constante d’apprendre. C’est de cette manière que vous arriverez à faire votre chemin comme un professionnel et en vous éclatant ! 😉

Julien

Chef de projet et ex-développeur web avec 10 ans d'ancienneté, je suis avant tout le mari d'une formidable femme et le papa d'une fantastique et adorable petite fille et d'un magnifique et tout trognon petit garçon. Passionné d'internet, de dessin, de photographie et de tout ce qui tourne autour de l'univers geek et high tech, je suis blogueur depuis maintenant plus de 10 ans. Depuis 2017, mon blog "Arcana Scientis" a changé de nom et s'appelle désormais "Je suis un papa geek", plus représentatif de ma personnalité. Je vous souhaite la bienvenue !

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Julien

Chef de projet et ex-développeur web avec 10 ans d'ancienneté, je suis avant tout le mari d'une formidable femme et le papa d'une fantastique et adorable petite fille et d'un magnifique et tout trognon petit garçon. Passionné d'internet, de dessin, de photographie et de tout ce qui tourne autour de l'univers geek et high tech, je suis blogueur depuis maintenant plus de 10 ans. Depuis 2017, mon blog "Arcana Scientis" a changé de nom et s'appelle désormais "Je suis un papa geek", plus représentatif de ma personnalité. Je vous souhaite la bienvenue !

Inscription à la newsletter